Agence immobilière – Nice – Alpes Maritime – Côte d'Azur – Achat/Vente maison, appartement, studio ou villa

Agence Digitale 2.0 ou Agence immobilière traditionnelle ?

Pourquoi l’agence digitale est souvent moins performante que l’agence traditionnelle – Temps de lecture : 3 minute(s).

Ne pensez pas qu’une agence digitale sera équivalente à une agence immobilière dites traditionnelle, ni  l’inverse d’ailleurs : c’est peut-être une idée que l’on cherche à imposer de plus en plus comme universelle mais l’objectif de cet article sera de vous démontrer très simplement que les services proposés ne sont tout simplement pas les mêmes et qu’il vous faut donc savoir si vous avez besoin d’un accompagnement très partiel ou d’un accompagnement total.

Nous prendrons l’exemple concret de deux concepts d’agence digitale : Proprioo et IMOP. Ce dernier est un nouveau venu dans le paysage des agences immo digitale dont vous pouvez avoir une présentation sur cet article de MySweetImmo. Vous pourrez y entendre l’interview de monsieur Sabouret, l’un des co-fondateurs).

Premier point : le concept de l’agence digitale

La majeure partie des agences digitales à l’image de Proprioo va fixer un taux de commission variable, toujours situé entre 3 et 4 % avec pour idée de casser le marché existant en expliquant aux potentiels acheteurs ou vendeurs que les services des agences traditionnelles ne répondront pas à leurs attentes (peu de suivi online, une réactivité et une fiabilité des agents discutables) et qu’ajouté à cela, les taux de commission arbitraires (opacité des tarifs) sont trop élevés et que ceci n’est pas tolérable. Ceci est d’ailleurs redit sur leur site web.

L’agence digitale serait donc préférable car elle serait moins chère parce qu’elle automatiserait un certain nombre de choses et qu’elle proposerait moins de services mais seulement ceux qu’elle juge utile. C’est donc en jouant sur la masse qu’elle espère obtenir un maximum de client et être rentable.

 

Second point : les Services et les tarifs de l’agence digitale

Tout d’abord, il faut rétablir une vérité qui a surement échappé à nombre d’entre vous et pour cause, vous n’êtes pas directement concerné : les agences digitales tout comme les groupes tels que Safti ou KellerWilliams sont des plates formes qui ont énormément de main d’œuvre : hors aucun de ces agent commercial n’est salarié. Ces agents commerciaux n’ont d’ailleurs pas le statut d’agent immobilier, puisqu’il s’agit en réalité d’agents commerciaux totalement indépendants ou pour les nommer simplement par un terme que vous connaissez, ce sont TOUS des auto-entrepreneurs.

Autre point c’est que bien souvent, ces agences sont moins chères car il n’y a pas d’agence physique.

Concernant l’agence digitale IMOP, cela va plus loin qu’une simple baisse de taux de commission  puisqu’il s’agit d’un tarif fixe. En l’échange de services définis pour un forfait de 4900 euros. Tout est vérifiable sur le lien : ces services sont limités et font partie des services que vous aurez dans une agence traditionnelle. Il est donc logique de se dire que moins de services implique moins de commission d’agence.

Mais nous en conviendrons tous, le but n’est pas une raison pour « pigeonner » les clients. C’est bien là qu’il faut faire un premier mea culpa, les agences immobilières dites traditionnelles souffrent du constat bien réel d’un temps passé où pas mal d’agences avaient des commissions à variables aléatoires basées sur la seule tête du client, des montants masqués qu’ils découvraient au moment de la signature finale devant le notaire. Les agences digitales l’ont bien compris, il leur faut se soustraire à cette image et c’est en se différenciant par ces tarifs fixes et ces services repensés qu’elle offrent un visage plus attractif aux potentiels clients.

Pourtant, ce temps de la « commission far-west » est révolu et les nouvelles agences traditionnelles telles que la notre passent leur temps vente après vente, à démontrer à leur clients combien ils sont importants et précieux dans leur projet immobilier.

 

Dernier point : l’expérience

L’expérience de l’agence se mesure au travers de  ses services et des agents immobiliers qui les produisent. Hors, comme nous vous l’avons déjà expliqué, aucun des auto-entrepreneurs de ces agences n’est agent immobiliers et pour cause, ils sont uniquement autorisés à exercer car ils ont été rattachés à la carte professionnelle d’un véritable agent immobilier. N’étant malheureusement pas limité en nombre, le nombre est impressionnant puisque ces personnes ne sont pas salariés mais totalement indépendants.

C’est un peu comme lorsque vous faites appel à Orange pour vous installer la fibre et qu’une société extérieure sera mandaté pour faire le travail…. sauf que les gens de ladite société ont nécessairement du suivre une formation.

La transaction immobilière est un domaine qui demande du temps, de l’expertise, autant pour acheter que pour vendre un bien : la réalité est donc que ces mandataires ne sont pas formés en amont, ils n’ont pour plus de 50% d’entre eux aucune expérience de la relation client et pour 99% d’entre eux, jamais fait d’études liées à l’immobilier, et ils n’ont donc aucune capacité à vous épauler dans votre projet comme le pourrait un réel agent immobilier.

Alors oui, les diverses agences digitale proposent à ces auto-entrepreneurs des formations ou autoformations pour essayer de s’améliorer sur ce point mais cela ne suffit pas.

L’objectif des agences digitales est de faire un service à la Uber en mode low-cost. Depuis ses débuts, Uber a du revoir sa copie et professionnaliser ses auto-entrepreneurs en imposant des formations et ses prix ont remonté pour être désormais bien similaires à ses concurrents actuels.

Publications liées